L’agriculture biologique a-t-elle de l’avenir en France ?

  • Support Smag
    Il y a 20 jours 7 février 2020
  • Article
  • 33 vues 0 commentaire
L’agriculture biologique a-t-elle de l’avenir en France ?
Partage

Une exploitation convertie à l’agriculture biologique demande plus de technicité, plus de temps de travail, des surfaces souvent plus petites qu’en agriculture conventionnelle et une rotation des cultures plus importante. L’utilisation de produits chimiques de synthèse est interdite pour obtenir la certification Agriculture biologique et la marque AB, ou l’Eurofeuille, le logo européen. Les agriculteurs doivent mettre en place des alternatives biologiques ou mécaniques pour lutter contre les nuisibles. Le passage à la culture bio nécessite donc plusieurs années de préparation. Tous ne réussissent pas leur conversion. Alors, l’agriculture biologique a-t-elle encore de l’avenir en France ? SMAG vous propose quelques éléments de réponse.

L’agriculture biologique répond à une demande sociétale toujours plus forte

Le monde agricole vit un malaise profond depuis que les Français expriment une méfiance à l’égard de leur agriculture, pourtant l’une des meilleures et des plus réglementées au monde. A l’origine de la controverse : l’utilisation de pesticides dans l’agriculture conventionnelle. Car les consommateurs ont peur pour leur santé.

D’après une étude réalisée par l’Agence Bio, 71 % des Français consomment au moins un produit biologique par mois. Ce qui représente un marché de 9,3 milliards d’euros, en croissance de 13 % en 2018. L’étude confirme l’attention particulière que les Français portent à leur alimentation. Loin d’être un simple effet mode, ce changement de consommation opère surtout auprès des femmes et des plus jeunes.

Le bio progresse en France aussi sous l’impulsion des pouvoirs publics. La loi française prévoit par exemple 20 % de produits biologiques en restauration collective dès 2022. Dernièrement, l’ANSES (l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a refusé le renouvellement des autorisations de mise sur le marché de 36 produits à base de glyphosate, qui seront donc rapidement retirés de la vente.

La protection de l’environnement, les enjeux liés au réchauffement climatique, font l’actualité. Le consommateur français est de mieux en mieux informé. Il est exigeant, parfois engagé, et si le prix reste un argument commercial, la provenance des produits qu’il achète est devenu un critère de sélection. Ainsi, la transparence et la traçabilité sont aujourd’hui une nécessité pour les exploitants agricoles.

L’agriculteur bio réinvente son métier

Peu importe leurs motivations initiales, la protection de l’environnement ou de leur santé, la fierté de produire des aliments plus sains ou la reconnaissance des consommateurs, les agriculteurs convertis au bio le reconnaissent volontiers : l’agriculture biologique a changé leur métier.

La prévention est au cœur de ces pratiques qui demandent plus de main d’œuvre, plus de compétences et d’implication. Il faut tester, observer, s’adapter et toujours répondre aux besoins de transparence des consommateurs. Pour réussir sa conversion au bio, l’exploitant devra donc faire évoluer ses méthodes de travail et pourquoi pas, s’appuyer sur des pratiques innovantes.

En cela l’agriculteur peut aussi compter sur les solutions proposées par SMAG. Le logiciel de gestion d’exploitation SMAG Farmer par exemple intègre tous les référentiels des produits utilisables en agriculture biologique, ainsi que des produits de biocontrôle.

SMAG s’engage tous les jours avec ses clients à relever les défis de l’innovation au service de l’agriculture.

L’agriculture biologique a-t-elle de l’avenir en France ?
Source : Agence Française pour le Développement et la promotion de l’Agriculture Biologique, chiffres 2018

L'article est-il intéressant ?

NoYes
Loading...

Rejoignez la discussion